Adama Bictogo à propos de Bédié:” Il est tellement habité par l’Ivoirité…”

Le Directeur Exécutif du RHDP, Adama Bictogo n’a pas apprécié la minute de silence demandée par le président Bédié pour les victimes de la crise post-électorale de 2020. Selon lui, le président Bédié n’a eu de compassion que pour des victimes de son ethnie.

Adama Bictogo a estimé que le président Bédié a des atomes crochus avec le concept de l’Ivoirité qui l’empêcherait de compatir à la douleur d’autres personnes que celles venant de son ethnie. Prenant la parole à la suite du ministre Adjoumani, Bictogo a attaqué directement Bédié.

“Le président Bédié a demandé qu’on fasse une minute de silence pour les 14 qui pour la plupart sont des jeunes Baoulé ( ethnie du centre de la Côte d’Ivoire dont issue M. Bédié). C’est ça encore l’esprit de catégorisation. Il est tellement habité par l’Ivoirité qu’il ne se donne pas les moyens de marquer Côte d’Ivoire. Nous au RHDP, on parle Côte d’Ivoire, on parle sous-région. Donc, la minute de silence, elle est valable pour les 85 victimes”, a dénoncé Bictogo.

Adama Bictogo justifie cette sortie contre Bédié par le fait que sur les 87 victimes officielles des violences, il y a 70 Ivoiriens et 17 de nationalités étrangères. A l’en croire donc, Bédié aurait uniquement demandé une minute de silence juste parce que des victimes de son ethnie étaient portées en terre le week-end passé.

Une assertion pas très juste dans la mesure où la minute de silence demandée par Bédié concernait l’enterrement le samedi 21 novembre de 7 jeunes dont les noms ont pourtant été bien cités par lui, dans un post encore disponible sur Facebook.

Il s’agit de “Ekra Morel, tué par balle le 19 octobre 2020 à Bonoua ;- Kadjo Kadimasso Junior, abattu le 1er novembre à Gomon (Sikensi) ;- Esmel Dominique, décédé le 9 novembre 2020 à Dabou ;- Kouassi Yao Jean, tué le 9 novembre 2020 à Daoukro ;- N’guessan Koffi Toussaint, mort par décapitation le 9 novembre 2020 à Daoukro ;- N’guessan Békoin Auguste , tué par balle le 10 novembre 2020 à M’Batto ;- Coulibaly Ibrahim , décédé le 11 novembre 2020 à Daoukro”, selon l’annonce faite par Bédié, le 20 novembre.

On est loin de la “minute de silence pour les 14 qui pour la plupart sont des jeunes Baoulé“, dont s’est plaint le ministre Adama Bictogo…

source : AfrikMag.

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.