Publicité
Annonces
Publicité
Actualité

Affaire Dubaï Porta Porty: « Je suis passée de stripteaseuse à une femme qui mange de la merde »

Publicités

Citée dans l’affaire Dubaï Porta Porty, l’influenceuse française Milla Jasmine a tenu à répondre aux accusations de scatophilie. 

Publicités

Depuis peu, une histoire de c*ca crée le buzz sur les réseaux sociaux. Il s’agit de l’affaire de « Dubaï Porta Potty » (en référence aux toilettes publiques portatives à Dubaï). Tout est parti des révélations d’une jeune femme adepte des réseaux sociaux.

Cette dernière a raconté dans un direct, sa mésaventure à Dubaï, où, elle était réduite en esclave sexuelle et devait assouvir les fantasmes les plus ignobles de richissimes hommes saoudiens. Les pratiques plus courantes étaient la scatophilie et la zoophilie, selon la jeune femme.

Cette actualité qui a pris en haleine l’Afrique toute entière, fait également écho dans les autres coins du monde, notamment en France où, l’influenceuse Milla Jasmine a été citée. Elle est notamment accusée de scatophilie.

En effet, le blogueur Wassim TV a révélé que des influenceuses comme Oceane, Marine El Himer et Milla Jasmine font partie du réseau Porta Potty : « Pas mal d’influenceuses que vous voyez sur les réseaux sociaux sont en effet des escortes. Elles sont payées pour passer du temps avec des milliardaires à Dubaï. Mais si elles veulent plus d’argent, elles doivent faire pas mal de choses »Prise à partie de la sorte, Milla Jasmine n’a pas tardé à réagir aux allégations du blogueur.

Publicité

LIRE AUSSI: Affaire porta potty : “Une chose est sûre, je… caca” ; une influenceuse sénégalaise rompt le silence

Publicité

« Je n’en fais pas partie »

Dans sa déclaration, elle a rappelé qu’elle a été stripteaseuse aux Etats-Unis dans le passé, comme elle ne l’a jamais caché : « Ce n’est un secret pour personne, mais je ne laisserai pas des gens rajouter des horreurs pour me salir », a-t-elle déclaré, réfutant toute participation à une pratique de scatophilie.

Annonce

LIRE AUSSI: Assemblée nationale de Côte d’Ivoire: Voici le successeur d’Amadou Soumahoro

« Vous avez envie d’y croire pour soulager votre frustration » a-t-elle lâché, « Oui malheureusement il doit y avoir des filles qui s’adonnent à ces pratiques, mais je n’en fais pas partie et je n’en ai jamais fait partie ».

Publicités
Publicités
Publicité
Annonce

N'Gloa Kwame

Je suis rédacteur, passionné de lecture et de découverte. Retrouvez mes articles sur IVOIRE TV5.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
error: Content is protected !!