Affaire  »Ouattara et Bédié se parlent en permanence »: Martial Ahipeau réagit

Affaire  »Ouattara et Bédié se parlent en permanence »: Martial Ahipeau réagit

Martial Ahipeau président de la Plate-forme AGIRMartial Ahipeau, président de AGIR( Alliance des générations ivoiriennes républicaine), l’une des plates-formes de l’opposition reste incrédule jusqu’à ce que le président Bédié confirme ou infirme les propos du porte-parole du gouvernement selon lesquels les présidents Ouattara et Bédié se parlent en permanence.

 « La main du président de la République reste tendue parce que c’est un engagement fort qu’il a pris après son élection. Et il a toujours été constant dans sa démarche. Et je peux vous assurer que les deux personnalités (Ouattara et Bédié) se parlent en permanence… Ils iront à l’essentiel dans les jours qui viennent», a dit Sidi Touré cité Abidjan.net. Et ce, au terme du Conseil des ministres de ce mercredi 25 novembre.

Le Ministre Sidi Touré, porte-parole du gouvernement ivoirien.
Pour Martial Ahipeau dire que MM Ouattara et Bédié se parlent en permanence est possible. Il appartient au président Bédié d’apporter une réaction appropriée. Mais sur quoi portent leurs échanges, c’est ce qui est fondamental à ses yeux. Il peut s’agir d’échanges entre grand frère et petit frère. Mais pas en ce qui concerne le dossier qui engage la Nation ivoirienne.

« Je n’y croirai pas vraiment s’il s’agit de se parler sur le dossier du dialogue que nous voulons. Hier mardi, nous avons rencontré le président Bédié et il nous a réaffirmé son engagement à aller à un dialogue inclusif après la prise en compte de nos préalables dont la libération de nos camarades emprisonnés dans le cadre de cette crise électorale« , a réagi le président de AGIR. « C’est une tentative de distraction, une tentative de semer la confusion dans l’esprit des leaders et des militants de l’opposition« , a ajouté Martial Ahipeau.

Le tout premier secrétaire général de la FESCI affirme que dans tous les cas le dialogue qu’attendent tous les Ivoiriens n’est pas une affaire de clandestinité mais une affaire publique. Pour Eugène Djué, président de la plate-forme apolitique « Aimons-nous Vivants », il n’y a de quoi s’en faire car M.Touré annonce queles deux personnalités iront à ‘essentiel dans les jours à venir. 

« Cet essentiel, ça peut être la libération de Guikahué, Affi N’Guessan, Pulchérie Gbalet et les autres », estime-il.

Les tentatives pour joindre un membre de l’entourage du président Bédié ont été vaines.
auteur : Dan Opéli

Publicités

JN