Affaire Ouattara perd un procès en France : les avocats du président ivoirien réagissent

Affaire Ouattara perd un procès en France : les avocats du président ivoirien réagissent

Les avocats de Ouattara se sont prononcés suite à la décision du tribunal de Paris dans le procès qui opposait le président à un journaliste.

Alassane Ouattara perd un procès contre un journaliste en France. Le président avait porté plainte en France après la publication d’une brève intitulé « Côte d’Ivoire – Ouattara fait exploser les fonds souverains », publiée le 30 août 2017 dans le bimensuel, aujourd’hui devenu un quotidien sous le nom d’Africa Intelligence.

Dans cet article très court, le journal écrivait que M. Ouattara « bénéfi[ciait] » d’un fonds souverain de 342,6 milliards de francs CFA soit 521 millions d’euros, une « enveloppe budgétaire » dans laquelle il pouvait « d’autant mieux puiser à sa guise » qu’elle était « directement gérée par son frère, le ministre des affaires présidentielles Birahima Téné Ouattara ».

Dans son jugement rendu jeudi, le tribunal a estimé que les propos étaient bien diffamatoires mais que les prévenus devaient être relaxés au bénéfice de la bonne foi.

Le tribunal a souligné que l’article s’inscrivait dans un « débat d’intérêt général » et que le journaliste disposait d’une « base factuelle suffisante » pour publier les propos. Il a aussi relevé le « ton modéré » utilisé « à l’exception de quelques termes critiques », qui « demeurent adaptés à la ligne éditoriale » de la publication.

M. Ouattara estimait que ces propos « lui imputaient par insinuation de se livrer à un détournement de fonds publics, avec la complicité de son frère », contestant les chiffres avancés comme étant un « amalgame inexact de plusieurs rubriques budgétaires ».

« La décision est satisfaisante dans le sens où le tribunal reconnaît le caractère diffamatoire des propos », a réagi jeudi son avocat Me Pierre-Emmanuel Blard, qui a indiqué étudier l’opportunité d’un appel.

Dans ce dossier, la défense avait souligné l’indépendance de la rédaction vis-à-vis des gouvernements et partis, rappelant que le sujet de l’article attaqué avait déjà été traité par le journal en 2012 et 2014, tout en défendant la bonne foi du journaliste et le sérieux de l’enquête.

« On a fait notre travail de journaliste, le tribunal l’a reconnu », a déclaré jeudi à l’AFP le directeur de publication Maurice Botbol.

Réaction des avocats du président Alassane Ouattara

Publicités

JN