Afrique: en perte de vitesse, les médias français préparent leur riposte mais…

Publicités

Dans un contexte médiatique mondial en pleine mutation, l’Afrique représente un champ de bataille crucial pour les médias français.

Publicités

Consciente de sa perte de vitesse dans cette région stratégique, France Médias Monde, appuyée par des financements supplémentaires du gouvernement français, a annoncé le lancement de nouveaux projets en Afrique, notamment à Dakar. Cette initiative intervient dans un climat où les médias français sont de plus en plus critiqués pour une couverture souvent jugée partial et alignée sur les intérêts français.

La récente expulsion des forces armées françaises de pays comme le Mali, le Burkina Faso et le Niger combinée à la suspension des médias dits de propagande, a été très souvent soutenue par les opinions publiques nationales. Cela témoigne de la méfiance croissante à l’égard de la France.

Cette situation reflète une érosion de l’influence française dans ces pays, et par extension, remet en question la légitimité et la neutralité des médias français opérant en Afrique. En réponse, France Médias Monde prévoit, entre autres, la création d’un studio de télévision à Dakar pour France 24, avec l’objectif de diffuser des contenus spécifiquement adaptés au public africain.

LIRE AUSSI : Plus d’un millier de militaires français viennent de quitter ce pays africain

En parallèle, le développement rapide d’internet et des réseaux sociaux a profondément transformé le paysage médiatique africain. L’émergence de médias locaux, défendant les intérêts et perspectives africaines, présente un défi de taille pour les médias traditionnels, notamment français, habitués à une influence sans conteste sur le continent. Le second projet de France Médias Monde à Dakar, consistant en une rédaction dédiée aux réseaux sociaux ciblant les jeunes Africains, semble être une tentative d’adaptation à cette nouvelle réalité.

 

Publicités
Publicités
Quitter la version mobile