Après avoir décidé de soutenir les Putschistes, un ancien compagnon de Soro tacle sévèrement Ibrahim Traoré et Assimi Goïta

Publicités

Le Mali et le Burkina Faso ont déployé des avions de combat au Niger pour réaffirmer leur solidarité et leur engagement à soutenir le pays contre toute éventuelle intervention militaire de la CEDEAO.

Publicités

Cependant, cet acte a suscité des réactions mitigées, notamment de la part d’ Alain Lobognon, ancien associé de Soro Guillaume, qui n’ a pas hésité à qualifier la pratique de «plaisanterie» et a défendu avec efficacité le pays concerné des doutes sur leur capacité à sauver leur territoire.

Les raisons sous- jacentes de cette décision complexe sont profondément enracinées dans la dynamique régionale et les relations diplomatiques fragiles en Afrique de l’ Ouest. Le Niger, un pays en proie à des années de défis sécuritaires et politiques, est au centre d’ un débat clé sur une éventuelle intervention militaire de la CEDEAO. L’ organisation régionale envisage d’ agir pour remédier à la situation préoccupante dans le pays. Cependant, des actions récentes au Mali et au Burkina Faso semblent indiquer une rupture au sein de la CEDEAO.

LIRE AUSSI :

Ce geste ostensible d’ unité aurait pu être considéré comme un puissant acte de solidarité, mais a plutôt soulevé des doutes sur les véritables intentions des deux voisins. L’ ancien ministre ivoirien Alain Lobognon n’ a pas hésité à exprimer publiquement son scepticisme. Il se demande si le Mali et le Burkina Faso seront en mesure d’ assumer de telles responsabilités face aux défis de sécurité intérieure.

Selon lui, «deux pays incapables de défendre leurs territoires affirment offrir des avions de guerre au Niger pour dit- on combattre la CEDEAO. Il y aura des intellectuels pour applaudir cette plaisanterie du Mali et du Burkina Faso. Trop de plaisantins dans notre sous- région».
LIRE AUSSI : Ahoussou aux populations du Haut-Sassandra : “Mamadou Touré est votre…”
La situation géopolitique et sécuritaire dans la région du Sahel où se situent ces trois pays est extrêmement complexe. Les groupes terroristes, les conflits ethniques et les défis économiques rendent la situation particulièrement difficile à gérer. Des actions de solidarité comme celles- ci peuvent être une arme à double tranchant, car elles renforcent l’ unité régionale ou exacerbent les divisions existantes.
Publicités
Publicités
Quitter la version mobile