Publicité
Annonces
Publicité
ActualitéMonde

Après l’Ukraine, Poutine menace la Suède et la Finlande, une 3e guerre en cours?

Publicités

Alors qu’elle engagée dans une guerre en Ukraine, La Russie a mis en garde l’Alliance contre une adhésion de la Suède et de la Finlande.

Publicités

Poutine a par ailleurs annoncé un élargissement de son offensive en Ukraine alors que les pays occidentaux accentuent leurs sanctions en excluant certaines banques du réseau Swift dont la Banque centrale russe.

Le vendredi 25 Février La porte-parole de la Diplomatie Russe, Maria Zakharova a indiqué à l’OTAN que la Russie ne tolérait l’entrée de la Suède et la Finlande dans l’alliance. Cela déclencherait une réaction proportionnelle de la Russie.

‘’l’adhésion de la Finlande et de la Suède aurait de graves conséquences’’

Pour elle, Moscou suit de près les tentatives américaines d’attirer ces pays dans l’orbite de l’Alliance. Elle a indiqué vendredi que la Russie serait obligée de répondre de façon adéquate en cas d’adhésion de la Suède et de la Finlande.

Publicité

« Tous les pays membres de l’OSCE, dans leurs capacités nationales, y compris la Finlande et la Suède, ont réaffirmé le principe selon lequel la sécurité de certains États ne doit pas être assurée au détriment de la sécurité d’autres pays. Il est évident que l’adhésion de la Finlande et de la Suède à l’Otan, qui est avant tout, comme vous le comprenez parfaitement bien, un bloc militaire, aurait de graves conséquences militaro-politiques qui nécessiteraient des mesures réciproques de notre pays », a-t-elle détaillé à la presse.

Publicité

LIRE AUSSI: Affrontements à Abobo: Face au bus cassé, la SOTRA prend une grande décision ce lundi

Annonce

Maria Zakharova a fait savoir que les efforts ciblés de l’Otan et de certains pays de l’Alliance – en premier lieu les États-Unis – pour y attirer la Finlande ainsi que la Suède ne restaient pas inaperçus par Moscou.

La Russie considère la politique finlandaise de non-adhésion militaire comme un élément important assurant la sécurité au nord de l’Europe, sur le continent européen en général, et n’attend pas le remettre en cause, a souligné la porte-parole de la diplomatie russe. Une mise en garde que les États Unis et ses alliés prendront en compte certainement, après l’offensive Russe, tout le monde sait jusqu’où la Russie peut arriver concernant la sécurité dans ses frontières.

Par voie aérienne, terrestre et maritime, la Russie a lancé une attaque dévastatrice contre l’Ukraine, une démocratie européenne de 44 millions d’habitants, et ses forces sont aux portes de la capitale, Kiev. Pendant des mois, le président Vladimir Poutine a nié qu’il allait envahir son voisin, mais il a ensuite déchiré un accord de paix, envoyant des forces au-delà des frontières au nord, à l’est et au sud de l’Ukraine.

LIRE AUSSI: Affaire Affi Nguessan au sein de l’opposition: Sam l’Africain exprime sa position

Pourquoi les troupes russes ont-elles attaqué ?

Les troupes russes avancent vers la capitale ukrainienne depuis plusieurs directions après que le dirigeant russe a ordonné l’invasion. Dans un discours télévisé prononcé avant l’aube du 24 février, il a déclaré que la Russie ne pouvait pas se sentir « en sécurité, se développer et exister » en raison de ce qu’il a affirmé être une menace constante de l’Ukraine moderne.

Les aéroports et les quartiers généraux militaires ont été frappés en premier, près des villes ukrainiennes, puis les chars et les troupes ont envahi l’Ukraine par le nord, l’est et le sud, depuis la Russie et son allié, la Biélorussie.

Poutine a affirmé que son objectif était de protéger les personnes soumises à des brimades et à un génocide et de viser la « démilitarisation et la dé-nazification » de l’Ukraine. Il n’y a pas eu de génocide en Ukraine : c’est une démocratie dynamique, dirigée par un président qui est juif.

« Comment pourrais-je être un nazi ? » a déclaré Volodymr Zelensky, qui a comparé l’assaut de la Russie à l’invasion de l’Allemagne nazie pendant la Seconde Guerre mondiale.

Le président Poutine a fréquemment accusé l’Ukraine d’être prise en charge par des extrémistes, depuis que son président pro-russe, Viktor Ianoukovitch, a été évincé en 2014 après des mois de manifestations contre son pouvoir.

LIRE AUSSI: Politique/Côte d’Ivoire: Depuis Daloa, Affi s’attaque à Gbagbo : « le PPA-CI ne peut pas avoir d’avenir… »

La Russie a ensuite riposté en s’emparant de la région méridionale de Crimée et en déclenchant une rébellion dans l’est, soutenant les séparatistes qui ont combattu les forces ukrainiennes dans une guerre qui a fait 14 000 morts.

À la fin de l’année 2021, la Russie a commencé à déployer un grand nombre de troupes près des frontières de l’Ukraine, tout en niant à plusieurs reprises qu’elle allait attaquer. Puis M. Poutine a mis au rebut un accord de paix conclu en 2015 pour l’est du pays et a reconnu l’indépendance des zones contrôlées par les rebelles.

La Russie s’oppose depuis longtemps à ce que l’Ukraine se rapproche de l’Union européenne et de l’alliance militaire défensive de l’Occident, l’OTAN. Annonçant l’invasion de la Russie, il a accusé l’Otan de menacer « notre avenir historique en tant que nation ».

Jusqu’où ira la Russie ? En tout cas, il est désormais clair que la Russie cherche à renverser le gouvernement démocratiquement élu de l’Ukraine. Son objectif est que l’Ukraine soit  »libérée de l’oppression » et « nettoyée des nazis ».

 

Publicités
Publicités
Publicité
Annonce

N'Gloa Kwame

Je suis rédacteur, passionné de lecture et de découverte. Retrouvez mes articles sur IVOIRE TV5.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
error: Content is protected !!