ARRESTATION DU PDT DE LA J.PDCI : M. OUATTARA ET LE RHDP SERONT RESPONSABLES DU DÉSORDRE EN CI ! (Dr Boga Sako, Pdt Fidhop)

ARRESTATION DU PDT DE LA J.PDCI : M. OUATTARA ET LE RHDP SERONT RESPONSABLES DU DÉSORDRE EN CI ! (Dr Boga Sako, Pdt Fidhop)

DÉCLARATION DE LA FIDHOP :

Parti répondre à une convocation du régime-Ouattara le lundi 1er juillet, le président de la Jeunesse rurale du PDCI-RDA, Valentin KOUASSI, est actuellement détenu dans les locaux de la Gendarmerie d’Agban, à Abidjan, où il a déjà passé la nuit du 1er au 2 Juillet 2019.


On rappelle que dans la nuit du lundi 10 au mardi 11 Juin dernier, c’était le Secrétaire National de la J.FPI de GBAGBO, Nestor DAHI et certains de ses proches collaborateurs qui avaient été enlevés au cours d’une réunion, par les forces du régime d’Abidjan, pour se retrouver plus tard à la Préfecture de Police.
Le samedi 29 Juin 2019, c’est une simple conférence de presse de la Société civile que devait animer l’Alternative Citoyenne Ivoirienne (ACI) à la librairie Carrefour, à Cocody St Jean, qui a été interdite.


Le reproche qui est fait à ces jeunes leaders de l’opposition politique ivoirienne et de la Société civile étant toujours le même, depuis la crise postélectorale de 2010-2011 : « trouble à l’ordre public » ou « atteinte à la sûreté de l’État ».


On rappelle que dans la nuit du lundi 10 au mardi 11 Juin dernier, c’était le Secrétaire National de la J.FPI de GBAGBO, Nestor DAHI et certains de ses proches collaborateurs qui avaient été enlevés au cours d’une réunion, par les forces du régime d’Abidjan, pour se retrouver plus tard à la Préfecture de Police.
Le samedi 29 Juin 2019, c’est une simple conférence de presse de la Société civile que devait animer l’Alternative Citoyenne Ivoirienne (ACI) à la librairie Carrefour, à Cocody St Jean, qui a été interdite.
Le reproche qui est fait à ces jeunes leaders de l’opposition politique ivoirienne et de la Société civile étant toujours le même, depuis la crise postélectorale de 2010-2011 : « trouble à l’ordre public » ou « atteinte à la sûreté de l’État ».

La FIDHOP (la Fondation Ivoirienne pour les Droits de l’Homme et la vie politique) considère que ces interpellations et arrestations, devenues l’unique moyen d’expression du régime-RHDP au pouvoir, ne visent qu’à intimider l’opposition ivoirienne à travers sa jeunesse.
Avec ces méthodes rétrogrades, typiques des pires Dictatures, le RHDP et son président OUATTARA sont entrain de faire basculer la République Démocratique de Côte d’Ivoire (selon la Constitution du pays), en un ÉTAT POLICIER ; puisque les Droits de l’Homme sont en ENFER !
Puisque la liberté d’expression n’existe plus ;
Puisque la liberté d’association et de réunion est désormais interdite dans ce pays ;
Puisque la liberté d’opinion différente de celle du RHDP devient un crime !

AUSSI, au regard du contexte sociopolitique extrêmement tendu dans le pays et au regard des méthodes du régime-Ouattara ; La FIDHOP exige-t-elle :

LA LIBÉRATION SANS DÉLAI DE VALENTIN KOUASSI !

Pour la FIDHOP, le Chef de l’État Alassane OUATTARA, président du RHDP, sera tenu pour unique responsable de tout ce qui adviendrait en Côte d’Ivoire, du fait des interpellations et arrestations injustifiées des membres de l’opposition ivoirienne et de la Société civile !

Par ivoirebusiness

Publicités

ivoiretv5