Coronavirus: un Ivoirien vivant aux USA raconte avoir frôlé la mort

Coronavirus: un Ivoirien vivant aux USA raconte avoir frôlé la mort

Père de 5 enfants, cet Ivoirien explique avoir quasiment frôlé la mort après avoir été foudroyé par le virus du Covid19.  »Mes chers frères et soeurs, j’ai vécu la puissance de frappe de cette maladie », raconte SEKA Lazare Adopo qui interpelle les Africains quant à la véracité de cette pathologie qui, selon les chiffres officiels, a fait plus de 250.000 morts dans le monde.  »J’ai été comme eux, comme tout Africain, je ne croyais pas que cette maladie existe. Je sortais et voyageais sans protection. Mais j’en ai eu pour mon compte : j’ai été assommé… », révèle-t-il, avant d’en appeler à la crédulité de ses compatriotes:  »Je vous demande pardon de vous protéger, ne serait-ce que porter un masque et pousser toute votre famille à en faire autant chaque fois que vous vous aventurez dehors ».

D’après ce qu’il explique dans son témoignage, tout a commencé par une toux persistante qui s’est déclenché entre le 26 et le 27 Mars. La virulence de cette toux l’a amené, à alerter son médecin, qui, dit-t-il, l’a ensuite référé à l’hôpital d’Albany dans l’état de New-York. Ce n’est qu’après le dépistage qu’il sera testé positif au Coronavirus. Il raconte:  »Je me sentais 50% en vie et 50% parti de la terre des hommes . J’avais perdu l’odorat. Je me sentais comme un homme assommé avec du bois. Je ne pouvais pas marcher à l’allure que je voulais, tout était au ralenti chez moi du 28 au 29 mars (2020). Je n’avais aucune envie de me mettre quelque chose sous la dent ni boire. J’étais devenu très faible…. ». Il sera ensuite admis en hospitalisation pour une durée de 5 jours, au bout desquels il est déclaré guéri, après avoir subi un traitement à base d’Azithromycin et d’hydrochloroquine.

Mais, une fois rentré chez lui, il constate des complications pulmonaires qui vont l’amener à être ramené à l’hôpital en urgence. ‘‘Mes poumons étaient infectés et la toux était devenue incessante. Ma poitrine était déchirée par la douleur au point que je m’étouffais quand j’essayais de tousser », soutient-t-il.

Après avoir passé une radio,  »Le résultat montrait que mes poumons étaient atteints d’une pneumonie. La toux avait pris le dessus au point que je sentais des douleurs dans mes côtes », explique ce sexagénaire et ex-agent de sécurité. Seulement, cette fois, il refuse le remède à l’hydrochloroquine qui lui est proposé. Il ajoute même avoir demandé à rentrer chez lui.

Ce n’est qu’après avoir subi un autre traitement de 10 jours à base de l’antibiotique dénommé Levofloxacin 750 mg et d’un médicament contre la toux, qu’il s’est retrouvé.  »Je me sentais comme si je n’avais jamais contracté le virus », affirme celui qui semble être passé à côté de la mort. Un témoignage qui s’il en fallait, vient confirmer la dangerosité de cette pandémie qui a pratiquement mise à genoux, l’économie mondiale.

Publicités

JN