CÔTE D’IVOIRE : 12 militaires tués , dans le Nord

CÔTE D’IVOIRE : 12 militaires tués , dans le Nord

En Côte d’Ivoire, une attaque armée a été perpétrée ce jeudi 11 juin 2020 au lever du jour (5h du matin) contre un poste mixte. Armée-gendarmerie, dans la localité de Kafolo, département de Ferkéssedougou, dans le Nord du pays.

L’information a été rapportée à APRnews par une source militaire. Le bilan est lourd du côté de l’armée ivoirienne. 11 militaires et 1 gendarme auraient trouvé la mort dans l’attaque. Il y aurait eu 6 blessés et 2 gendarmes portés disparu. Côté assaillants, il y aurait eu un mort et un blessé emporté par ses camarades.

L’information n’a pas encore été confirmée par une source officielle. Joint par téléphone ce jeudi matin à 8h34 min, le Colonel Otchelio Gnahé Etienne, chef du Bureau information et presse des armées (BIPA) a dit n’en n’être pas encore informé. « Je vérifie et je vous reviens dans 20 min. je ne suis pas encore au bureau », nous a-t-il assuré.
Mais, selon notre source, l’armée a fait appel à des renforts et des opérations de ratissage sont en cours dans la zone pour tenter de retrouver les assaillants.


Difficile à l’heure actuelle de dire qui est responsable de cette attaque. Mais, pour ce que l’on sait, c’est que l’armée ivoirienne, en collaboration avec l’armée burkinabè, mène ces dernières semaines des opérations dénommées “Opération Comoé“ de démentellement de groupes djihadistes sur les deux côtés de la frontière, dans le département de Ferkessedougou.
Le 25 mai 2020, les deux armées annonçaient le succès d’un assaut sur une base djihadiste qui avait permis de « neutraliser » 8 terroristes, selon le communiqué conjoint.

38 suspects avaient été interpellés et un lot de matériels composés d’armements, de munitions, de téléphones portables, de matériels informatiques et des motocyclettes avaient été saisi. « La base terroriste d’Alidougou (Burkina Faso) a été détruite. 8 terroristes tués, 24 suspects interpellés au Burkina Faso, 14 en Côte d’Ivoire, mis à la disposition des services de renseignements », indiquait le communiqué de l’armée, après l’opération.


Selon notre source, l’attaque de ce matin pourrait être une action en représailles à cette opération au cours de laquelle un chef djihadiste aurait été interpellé avec d’autres combattants.

Source: APRnews

Publicités

JN