Cote d’ivoire: à koumassi, Des ‘’microbes’’ tentent de vi@oler une jeune fille

Cote d’ivoire: à koumassi, Des ‘’microbes’’ tentent de vi@oler une jeune fille
ANNONCE!!!!!!! Si vous êtes a la recherche d’emploi, veillez visitez le site: MONJOB.NET et trouver le JOB de vos rêves!!
Si vous êtes a la recherche d’un emploi, voici quelques offres qui peuvent vous intéressé. En partenariat avec MONJOB.NET, IVOIRE TV5 vous la possibilité de trouver un emploi sur le site de son partenaire MONJOB.NET.

Koumassi : Des ‘’microbes’’ déchainés tentent de vi@oler une jeune fille, des élèves et un professeur tabassés

Après un moment d’accalmie, les enfants en conflit avec la loi communément appelés ‘’microbes’’ ont repris du poil de la bête, à Koumassi. Ces dernières semaines ont été particulièrement mouvementées pour les populations de certains secteurs de la commune, notamment la Place Inch’Allah devenue leur point de ralliement.
Des élèves séquestrés, tabassés et dépouillés, un enseignant tabassé, son téléphone-portable arraché, une jeune fille échappe à un viol collectif. Les actes repréhensibles des ‘’microbes’’ se sont multipliés ces dernières semaines à Koumassi qui croyait en avoir fini avec ce phénomène.
Visiblement, ces microbes qui sévissent dans la commune du maire Cissé Ibrahima Bacongo sont bien organisés dans le mal. Certains quartiers de la commune, à savoir Houphouët Boigny, Boston, quartier Divo sont devenus leurs zones de prédilection quand la célèbre Place Inch’Allah passe pour être le point de ralliement de ces vermines.
A en croire le confrère Soir Info qui livre cette information, dans la semaine, les microbes mènent quelques raids dans certaines de ces zones et prévoient l’apothéose pour les vendredis.
C’est d’ailleurs dans la nuit du vendredi 22 janvier 2021, aux environs de 20 heures qu’ils ont mené un assaut d’envergure, au quartier Houphouët Boigny. Sortis en grand nombre, ils agressaient tous ceux qui avaient le malheur de les croiser.
Comme si cela ne suffisait, le vendredi d’après, soit le 29 janvier 2021, ils ont investi les environs du terminus des bus assurant la ligne 11. Objectif, attendre la sortie des élèves qui suivent des cours du soir dans un établissement secondaire non loin de là pour les attaquer. Dès que les apprenants ont mis les pieds dehors, les microbes ont lancé l’assaut. Dans la débandade, ils ont néanmoins maitrisé une bonne dizaine qu’ils ont détroussés de leurs sacs et téléphones portables.
Comme s’ils s’étaient passé le mot, un autre groupe de microbes en route pour la place Inch’Allah, fait une escale devant la pharmacie Prodomo, à quelques mètres du lieu de l’agression des élèves du cours du soir. Et là, ils s’attaquent à tout ce qui bouge. Une jeune fille qui était certainement en route pour un rendez-vous galant tombe sur la scène. Son sac et son téléphone portable sont violemment arrachés.
Elle croyait qu’elle était au de sa peine. Que non ! Les mauvais garçons n’en ont pas fini avec elle. Ils tentent de l’entraîner dans la pénombre pour satisfaire leur libido. Autrement dit, les crasseux veulent la violer. Dans le groupe, certains essaient de la dévêtir. Dès lors, la fille joue son va-tout. Dans la lutte, elle réussit à se défaire des griffes de ses bourreaux, avant de prendre ses jambes à son cou.
On en est là quand le vendredi 5 février 2021, un professeur de mathématiques tombe sur le groupe de jeunes désœuvrés, dans les environs du terminus 11. Il est violenté par les microbes qui lui arrachent son téléphone portable. Le même jour, d’autres groupes d’enfants en conflit avec la loi font une démonstration de force au quartier Divo et à Boston.
Au fur et à mesure qu’on avance vers le vendredi 12 février 2021, les populations des zones concernées retiennent leur souffle, surtout que ces délinquants leur ont promis l’enfer. Les autorités policières et municipales sont averties.
Publicités

JN