CÔTE D’IVOIRE DES ARMES DE GUERRES SONT DÉCOUVERTES CHEZ LUI À ZIOMBLY, LA GENDARMERIE L’ARRÊTE ET LE LIBÈRE LE MÊME JOUR

CÔTE D’IVOIRE DES ARMES DE GUERRES SONT DÉCOUVERTES CHEZ LUI À ZIOMBLY, LA GENDARMERIE L’ARRÊTE ET LE LIBÈRE LE MÊME JOUR

CÔTE D’IVOIRE ?? DES ARMES DE GUERRES SONT DÉCOUVERTES CHEZ LUI À ZIOMBLY, LA GENDARMERIE L’ARRÊTE ET LE LIBÈRE LE MÊME JOUR

Des armes de guerre découvertes à Ziombly (Toulepleu) chez un planteur burkinabè sont au cœur d’une procédure incompréhensible par les populations. Détail d’une affaire qui risque, si les autorités ne la règlent pas avec diligence, de créer des tensions évitables.

C’est Denis Kah Zion lui-même qui décrit les faits, dans un courrier adressé au procureur. « Monsieur le procureur, je viens par la présente dénoncer à votre parquet, les faits de détention sans autorisation administrative d’arme de guerre par des populations de la commune de Toulepleu. Ces faits semblent être ceux prévus par la loi n°98-749 de la 23/12/1998 portant répression des infractions à la réglementation sur les armes et substances explosives », écrit-il.

Les faits méritent, en effet, d’être connus dans les détails. Nous sommes le 3 avril 2020. « Le commissariat mixte de police de Toulepleu a déféré à votre parquet les nommés Ninsmeon, Zongo Seydou et Yaego Yabre Alexis. Selon les faits exposés par des témoins, Zongo Seydou aurait interpellé Ninsmeon en lui reprochant de porter une arme de guerre, volée à son campement et particulièrement au domicile de son neveu Yaego Yabre Alexis. Conduit au commissariat, les officiers de police judiciaire diligentaient, la même nuit une perquisition audit campement, situé à six kilomètres du village de Ziombly », décrit Kah Zion. Ce dernier a pris soin de mettre les autorités administratives et militaires en ampliation de son courrier.

« Au cours de cette perquisition, soutient le fondateur du Nouveau Réveil (proche du PDCI et d’Henri Konan Bédié, ils découvraient au domicile de Zongo Seydou et Yaego Yabre Alexis d’importantes munitions d’arme de guerre. Déférés pour ces faits à votre parquet, dans un premier temps, Zongo Seydou revenait, le même jour à son domicile à Ziombly. Il y était rejoint quelques jours plus tard par son neveu Yaego Yabre Alexis. À ce jour, seul Ninsmeon demeure dans les liens de la prévention. Ces faits ont créé une grande inquiétude au sein de la population de Toulepleu et particulièrement de Ziombly et ses environs ».

Le maire de la ville décrit les conséquences de cette forme de justice à double visage. « Ils ont en outre, eu pour effet d’instaurer une méfiance à l’égard des populations d’origine burkinabé. Pour les habitants de la commune de Toulepleu que nous administrons depuis avril 2013, ces faits, loin d’être isolés, ne sont qu’un indicateur des faits de la détention sans autorisation administrative d’armes de guerre par certaines personnes, dans des domiciles et des campements », écrit-il.

Avant de prévenir : « dans cette zone très sensible de notre pays la Côte d’Ivoire, de telles informations sont susceptibles de troubler l’ordre public par la volonté de certains de désarmer d’autres. Par ailleurs, si ces informations sont avérées, elles pourraient avoir un effet d’amplifications de troubles futurs. Surtout à l’approche des échéances électorales d’octobre 2020 ».

Kah Zion est formel : « en ma qualité de premier magistrat de cette commune, je les dénonce à votre parquet à l’effet de voir ouvrir urgemment toutes procédures judiciaires idoines, pour en identifier les auteurs et les sanctionner après avoir mis les armes dont s’agit sous mains de justice. Les populations de tout le département de Toulepleu, gagneraient alors en sérénité et quiétude. Les populations et les élus locaux sont disposés à participer par leurs témoignages aux enquêtes que vous voudrez dès lors bien initier, si vous en conveniez de l’opportunité. Dans cette attente, je vous prie de croire, monsieur le substitut résident, en l’expression de ma profonde considération ».

Afriksoir

Publicités

JN