DAOUKRO / CÔTE D’IVOIRE: UN ESCROC ÉPINGLÉ PAR LE COMMISSAIRE COULIBALY KIKOUN AIMÉ.

DAOUKRO / CÔTE D’IVOIRE: UN ESCROC ÉPINGLÉ PAR LE COMMISSAIRE COULIBALY KIKOUN AIMÉ.

DAOUKRO / CÔTE D’IVOIRE 

UN ESCROC ÉPINGLÉ PAR LE COMMISSAIRE COULIBALY KIKOUN AIMÉ.

Sur plainte d’un jeune prénommé Traoré Souleymane, 23 ans, de nationalité ivoirienne, acheteur de produits agricoles et domicilié à Korhogo, le commissaire Coulibaly Kikoun Aimé a mené des investigations portant sur une affaire d’escroquerie.

Selon les propos de la victime, le Mardi 23 Juin 2020, c’est aux travers des réseaux sociaux qu’il a établi le contact avec un certain « Nanan » qui serait à Daoukro. Au cours de leurs échanges, celui-ci lui fait savoir que par le biais de pratiques mystiques, il pourrait le rendre riche.

Traoré Souleymane interressé par cette mirobolante proposition, s’investit à hauteur de 500.000 F CFA comme lui a demandé « Nanan le magicien » pour parvenir à son vœu de jouir d’une certaine aisance financière. Ensuite, il se déplace jusqu’à dans la capitale de l’Iffou pour conclure l’affaire portant cette fois-ci sur la somme de 200.000 F CFA.

Une fois arrivé sur place, le magicien de fortune désiste à plusieurs reprises aux rendez-vous et préfère poursuivre sa supercherie au téléphone. Un comportement que trouve suspect l’intéressé Traoré Souleymane qui n’hésite pas à se rendre au commissariat de police de la ville pour porter plainte.

C’est ainsi que le dynamique commissaire Coulibaly Kikoun Aimé se saisi du dossier et très rapidement met en place le dimanche 28 juin, un guet-apens qui consiste à cueillir ce fameux vendeur d’illusions. Les agents de police en complicité avec la victime arrivent à mettre le grappin sur l’un des acolytes de « Nanan le magicien » qui s’avère être son cousin.

En réalité, le surnommé « Nanan » n’est autre qu’un certain Traoré Ibrahim basé à Prikro, qui s’est malheureusement évaporé dans la nature en assistant de loin à l’arrestation de son cousin, transformé en son coursier du jour.

Ouedraogo Moussa dit Ali Kobenan Moussa, de nationalité burkinabè, 24 ans et sans emploi, résidant à Prikro épinglé par les éléments du commissaire Coulibaly Kikoun Aimé a fait savoir qu’ayant des difficultés financières, a accepté de faire partie de cette anarque contre une compensation pécuniaire. « Malchance » pour lui !

Ce Mercredi, Ouedraogo Moussa sera mis à la disposition des juridictions compétentes pour répondre de ses actes. Les recherches se poursuivent pour appréhender le mis en cause Traoré Ibrahim.

Publicités

JN