Etats-Unis: Donald Trump fixe un ultimatum de 30 jours à l’OMS

Etats-Unis: Donald Trump fixe un ultimatum de 30 jours à l’OMS
Lundi soir, le président des Etats-Unis Donald Trump a pris la décision de suspendre indéfiniment la contribution américaine à l’Organisation mondiale de la santé dans 30 jours si elle ne s’engageait pas à des «améliorations» majeures. Le patron de la Maison Blanche n’exclue pas la possibilité que son pays remette en cause l’adhésion à l’OMS.

A travers une lettre relayée par un tweet nocturne, lundi 18 mai, le président américain a laissé entendre que sa décision de suspendre le financement américain à l’Organisation mondiale de la santé (OMS) deviendra effective à moins que l’organisation s’engage, sous 30 jours, à procéder à des «améliorations» de grandes tailles.

Il convient de retenir que dans cette lettre adressée à Tedros Adhanom Ghebreyesus, DG de l’OMS, Trump a également laissé entendre qu’il y a possibilité que l’adhésion des Etats-Unis à l’OMS soit remise en cause.

« Il est clair que les faux pas répétés de votre part et de votre organisation pour répondre à la pandémie ont coûté extrêmement cher au monde. La seule voie à suivre pour l’Organisation mondiale de la santé est de pouvoir prouver son indépendance vis-à-vis de la Chine », a-t-il ajouté dans sa lettre.

Il importe de souligner que Washington est le premier fournisseur de l’agence onusienne. Comme précisé dans sa lettre l’administration américaine a déjà entamé des discussions avec l’OMS sur des moyens pour réformer l’institution.

L’OMS promet une évaluation indépendante

Pour rappel, le président américain avait demandé à son administration d’arrêter de financer l’OMS, car il lui reproche d’avoir « failli à ses devoirs essentiels » dans la lutte contre la pandémie de Covid-19. L’OMS a été accusé par le locataire de la Maison Blanche d’avoir incité à la « désinformation » chinoise à propos du virus, ce qui aurait poussé à une grande crise sanitaire.

« Toute la journée de lundi, les critiques à l’égard de l’OMS ont fusé à Washington, tantôt de la part de Mike Pompeo, tantôt de la part de Donald Trump qui reproche à l’OMS, à mots à peine couverts, sa complaisance à l’égard de la Chine », analyse Matthieu Mabin, correspondant de France 24 à Washington. Un peu plus tôt le lundi, Donald Trump avait lancé : « Je ne suis pas content de l’Organisation mondiale de la santé »« ils sont une marionnette de la Chine ».

Le même jour, au cours de l’assemblée mondiale de l’organisation, Tedros Adhanom Ghebreyesus a réaffirmé qu’elle avait tiré la sonnette d’alarme « rapidement » et « souvent », et qu’une enquête « indépendante » serait lancée sur la réponse à la pandémie de l’OMS et de ses États membres « le plus tôt possible au moment approprié ».

Publicités

JN