Guillaume Soro se déchaine : « Il n’y aura pas d’élection… »

Guillaume Soro se déchaine : « Il n’y aura pas d’élection… »

Guillaume Soro ne démord pas. En exil en France, le fondateur de Générations et peuples solidaires (GPS) ne cesse de menacer le régime d’Alassane Ouattara. Le député de Ferké qui a déjà dénoncé la candidature du chef de l’État à la présidentielle du 31 octobre 2020 vient encore de briser le silence.

Guillaume Soro menace encore Alassane Ouattara

Selon Guillaume Soro, le prochain président de la République de Côte d’Ivoire ne s’appellera pas Alassane Ouattara.

 Le patron de Générations et peuples solidaires estime « qu’en vertu des articles 55 et 183 de la Constitution du 8 novembre 2016, et en vertu de la continuité législative ininterrompue du principe de la limitation des mandats présidentiels au nombre de 2, des Constitutions de la 2e et de la 3e République, monsieur Alassane Dramane Ouattara, qui achève son 2e mandat le 31 octobre 2020, n’est plus éligible à une élection présidentielle en Côte d’Ivoire ». C’est sur cette base que l’ancien chef rebelle soutient que son ex-mentor ne sera pas le futur président ivoirien.

Après avoir fait cette mise au point, Guillaume Soro revient à la charge. Dans une publication sur son compte Twitter, celui que l’on surnomme le « leader générationnel » a clairement affirmé que l’élection présidentielle ne se tiendra pas dans les conditions actuelles. « Voici ce que c’est la démocratie en Afrique.

M. Alassane Ouattara l’homme du FMI appelle directement un DG d’une administration publique pour interdire la délivrance d’une attestation de régularité fiscale à un candidat déclaré à l’élection présidentielle. On choisit ses adversaires quand bien même on est inéligible. Comment croire à cette mascarade électorale qui s’annonce. Il n’y aura pas d’élection en Côte d’Ivoire dans ces circonstances », a déploré Guillaume Soro.

Entre temps, il faut noter qu’Alassane Ouattara a déjà déposé sa candidature auprès de la Commission électorale indépendante (CEI). Il a été imité quelques jours plus tard par Henri Konan Bédié (PDCI) et Pascal Affi N’guessan.

SOURCE: Afrique sur 7

Publicités

JN