Guillaume Soro : un véritable problème pour les services secrets ivoiriens

Guillaume Soro : un véritable problème pour les services secrets ivoiriens

La vigilance s’est accrue ces dernières semaines au niveau des forces de sécurité en Côte d’Ivoire. À quelques jours des fêtes du nouvel an, on met les bouchées doubles du côté des Grandes oreilles de la République pour ne pas se laisser surprendre par une attaque d’où qu’elle vienne. En plus des menaces terroristes auxquelles il faut faire face en permanence, il y a le cas Guillaume Soro que les autorités ivoiriennes prennent très au sérieux.

Deux mandats d’arrêt international lancés contre le leader de Générations et Peuples Solidaires (GPS) n’ont pas connu le résultat escompté. Ils ont tout simplement été improductifs. Mais plus difficile que cela ne puisse paraître, c’est que depuis que Guillaume Soro a quitté Paris à la demande des autorités françaises, les services secrets ivoiriens peinent à localiser le député de Ferké, selon des confidences reçues d’une source introduite.

Annoncé tantôt en Suisse, tantôt en Turquie et plus récemment dans un pays africain, l’ancien premier ministre d’Alassane Ouattara donne du tournis à ses ex alliés du RHDP. Le silence observé par Guillaume Soro sur son nouveau lieu de résidence en Europe ou sur le continent noir perturbe fortement, toujours selon nos sources, le dispositif des forces de sécurité ivoiriennes qui travaillent en étroite collaboration les services de renseignement français.

Rappelons que cela fait aujourd’hui un (1) an que le natif de Kofiplé est en bisbilles avec ses anciens alliés du pouvoir ivoirien. Depuis le 23 décembre 2019, Guillaume Soro est en cavale. Il a échappé deux fois déjà à deux mandats d’arrêt lancés contre lui par les autorités judiciaires de la Côte d’Ivoire. En exil à Paris, l’ancien président de l’assemblée nationale ivoirienne a été prié de quitter le sol français à la demande du président Emmanuel Macron.

Depuis lors, Soro Guillaume échappe à tous les radars. Ce qui n’est pas fait pour arranger ceux qui veulent l’avoir absolument à leurs pieds. Le président de Générations et Peuples Solidaires (GPS) est devenu ainsi l’homme le plus recherché de la sous région Ouest-africaine.

Publicités

JN