Le coronavirus devient inquiétant en Côte d’Ivoire. De fait, le pays compte désormais 17 cas. Une information révélée à la RTI1 au journal télévisé de 20h.

Le coronavirus devient inquiétant en Côte d’Ivoire. De fait, le pays compte désormais 17 cas. Une information révélée à la RTI1 au journal télévisé de 20h.

Trois nouveaux de contamination au Coronavirus ont été confirmés ce samedi 21 mars 2020, au lendemain d’un décompte qui avait fait passer le nombre de cas de 9 à 14. Des chiffres dévoilés après que le gouvernement a décidé, suivant des « instructions personnelles » du Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, de 1213 personnes rentrées de pays à risque.

Le coronavirus devient inquiétant en Côte d’Ivoire. De fait, le pays compte désormais 17 cas. Une information révélée à la RTI1 au journal télévisé de 20h.

La gestion de la pandémie du coronavirus laisse à désirer, peut-on le dire. En effet, le gouvernement ivoirien a pris des décisions afin de ralentir la propagation de la pandémie qui fait des ravages dans le monde entier.

Malheureusement ces décisions ne sont pas suivies à la lettre par ces mêmes autorités qui ont pris ces décisions. Que dire des populations qui jusque-là ne prennent pas encore la chose au sérieux ?

Alors que les passagers en provenance des pays à risques devraient être placés en quarantaine, des membres de l’élite abidjananaise dont des fils de dirigeants du RHDP (Adama Bictogo) et des stars comme A’salfo et Max Gradel ont fait fi de ces mesures et sont rentrés chez eux.

« Vous avez dit tout à l’heure, les enfants d’Untel, les enfants d’Untel. Moi je vais vous dire. Faites confiance à votre gouvernement. Personne n’est au-dessus de la loi, donc autant vous serez confinés chez vous, autant eux, ils sont déjà confinés chez eux.

Sachez qu’on n’est pas un État où il y a du deux poids deux MesurIls sont déjà confinés chez eux, et ça c’est une initiative personnelle du Premier ministre qui a résolu cette question-là en B to B.

Personne ne les verra se promener dans la ville donc soyez rassurés », avait déclaré la ministre Anne Ouloto face à la critique de certaines personnes confinées à l’Institut national d’hygiène publique (INJS).

Conséquence : pour rattraper cette erreur qu’à tenté d’expliquer le Premier ministre Amadou Gon Coulibaly, dans un tweet, tous ceux qui étaient confinés ont dû être libérés pour s’auto-confiner.

Publicités

JN