Le Ghana va mettre fin aux péages, le gouvernement prend une décision radicale

Le Ghana va mettre fin aux péages, le gouvernement prend une décision radicale
Bonne nouvelle pour le peuple ghanéenne! Les ghanéennes sont enfin libre de circuler dans le pays sans se soucier du nombres des péages. En effet, le gouvernement ghanéen a pris une décision drastique concernant les péages sur les routes du pays. Tous les péages seront supprimés sur les routes et ponts publics du pays, avec effet immédiat. La décision présentée devant le parlement ravit déjà les usagers ghanéens.
Le Ministre de l’économie et des finances ghanéen a déclaré devant l’assemblée nationale du Ghana que la décision de suppression des péages du pays prévu au budget 2022 vise à améliorer la productivité et de réduire la pollution de l’environnement. Il vise également à réduire le trafic lourd que les péages routiers provoquent à l’échelle nationale.

Voici une partie de son intervention

« Monsieur le Président, nos routes avaient besoin d’être réparées. Nos routes sont réparées. Il est vrai que plus de routes ont été réparées et sont réparées au cours des cinq dernières années que n’importe quelle période relative dans toute l’histoire de notre nation. Nous voulons même faire beaucoup plus et ce budget y répondra », a déclaré M. Ofori-Atta.
En effet, Le ministre ghanéen des finances, a expliqué les raisons du maintien des péages gouvernement après gouvernement et a expliqué que les points de péage sont devenus des centres de marché malsains, qui entraînent des embouteillages intenses, prolongent la durée du trajet aux usagers et ont un impact négatif sur la productivité.
Le gouvernement estime que l’impact attendu sur les taxes pour les transferts d’argent et la réduction de la pollution environnementale compensera le manque à gagner après la suppression des péages.
Des taxes supplémentaires notamment sur les transferts d’argent vont donc être mises en application en 2022 pour compenser ce manque à gagner après la suppression des péages.
Pourtant courant septembre, le vice-ministre des Routes, Stephen Pambiin Jalulah, avait déclaré que les Ghanéens devaient être prêts à payer plus s’ils veulent de meilleures routes.
« Au Ghana, nous payons 0,50 GH¢ (environ 50FCFA) par berline. Si vous allez ailleurs, ils paient presque 5 GH¢ (500FCFA). Tout le monde veut de bonnes routes, mais si vous n’êtes pas prêts à payer les bons péages, comment pouvons-nous collecter des fonds ? » a-t-il interrogé.
Le gouvernement propose cette mesure au Parlement. Si elle est adoptée, elle entrera en application en 2022.
Le personnel affecté dans les points de péage ou chargé de la perception des péages sera réaffecté à d’autres fonctions publiques.
Le Ghana est un des rares pays africains avec un réseau routier des plus développés. Presque toutes les villes du pays sont interconnectés par la route.
Que pensez-vous de cette décision des autorités ghanéennes?
Publicités

JN