Le PDCI RDA se serait-il mis la corde au cou ?La mort en douceur du PDCI RDA avec trop de calculs personnels et des règlements en interne contre ses propres militants, alors que le combat était ailleurs

Pendant que les crises successives s’amoncelaient sur le chemin caillouteux des décisions politiques, certains partis politiques, comme le PDCI RDA ont cru bien faire, se basant sur des calculs d’intérêts personnels pour tuer le parti.

En interne, la direction avait commencé à régler des comptes inutiles tout ça pour fragiliser le parti, si ce n’était une mission du président Bédié lui-même. On avait senti les mauvaises choses venir, les mauvais présages, on nous a traités de tous les noms diaboliques et certains sont allés jusqu’à insulter nos parties intimes et nos familles. Des victimes en interne, c’était une saignée et certaines se reconnaitront.

D’abord, il fallait éliminer ou éloigner du pays, tous ceux qui aspireraient au poste de président de la république. De manigance en manigance, une guerre sournoise a été livrée et des sanctions incongrues ont été prises, tout ça pour écarter, ceux qui étaient convaincus que le chemin emprunté, n’était pas le bon.

Le PDCI RDA n’avait pas encore fait son mea-culpa, avec plusieurs années d’incertitudes pour remettre au goût du jour, l’idéologie du parti que l’entourage du président Bédié avait malicieusement commencé à faire la promotion du culte de la personnalité du président Bédié. Du coup, les militants étaient perdus puisque celui qui ne rentrait pas dans ce moule, subissait les agrégats du secrétariat.Ils sont allés jusqu’à convaincre la majorité que le président Bédié était le seul à posséder des stratégies pour écraser le président Ouattara si ce dernier se candidatait. Toutes ces stratégies sont restées lettres mortes.

A un moment ils ont tous cru que s’approcher du président Gbagbo, leur donnerait, une caution de plus de 20 ans de pouvoir, ainsi, le ballet politique s’est mis en place. Au départ, ils ont tous cru aussi, que le président Gbagbo aurait arrêté de réfléchir et comme c’est le PDCI RDA, alors, tous ses problèmes seraient résolus. Il a joué le jeu pour voir jusqu’où, le président Bédié serait sincère dans cette nouvelle alliance forcée.

Quand le président Bédié a formé son groupement de partis politiques, en se jouant des démêlées du FPI, le président Gbagbo venait de comprendre la supercherie et il a laissé faire. Pourquoi, avec son âge, le président Bédié n’avait pas pesé de tout son poids pour racoler le parti de son jeune frère, avec sa femme Simone qui allait dans tous les sens et des camps qui s’y opéraient ? Quand le camp Affi, l’arrange, il le présente comme un trophée de guerre. Quand l’heure d’utiliser Assoa Adou, pouvait l’éclairer, il actionnait ce bout, ainsi de suite.

Aujourd’hui, le président Gbagbo a tout compris que sa sortie définitive et son retour au pays aurait déchu, le pouvoir de certains de l’opposition qui jouent contre ses intérêts. S’il y a quelqu’un dont il faut s’en méfier, c’est un prisonnier de la tempe du président Gbagbo, qui, pendant que les autres sont des calculs personnels, lui se met à lire, à écouter, à échanger avec des analystes rompus aux acarnes des pouvoirs.

Le PDCI RDA du président Bédié vient d’achever le parti d’Houphouët Boigny avec autant de béquilles et de soupapes financiers, à force de compromission, le PDCI RDA est devenu une coquille vide. De loin, il brille et de près, il n’est que l’ombre de lui-même. Tous ceux qui ne voient pas dans la même direction étaient taxés de collabos ou de taupes et voilà la fin de ce grand parti.

Comment et sur quoi, sur qui, ils se sont appuyés pour lancer autant de flèches à l’adversaire qui, en la matière est si redoutable ?Quel serait donc l’avenir de ce parti ? Posons dès maintenant la question pour recevoir encore les injures car, faire des projections sur le futur qui heurteraient un temps soi peu au président Bédié, on crie oh diable. Est-ce que le président Bédié et son secrétariat auront-ils le courage de se remettre en cause et provoquer, un congrès extraordinaire pour remettre l’appareil à une nouvelle génération ? S’ils en arrivent à là, ils en sortiront grandis, mais à cette allure, cela m’étonnerait qu’ils se remettent en cause.

Comment comprendre que pendant l’annonce du conseil national de transition, il n’y ait eu aucune communication et que cela se retourne contre eux ? Si c’est sur M. Soro, la France avait permis pire à M. Ouattara quand il combattait les pouvoirs ivoiriens de tenir des discours plus durs que ce que Soro dit en ce moment.

En voulant manger à tous les ateliers, le PDCI RDA a participé à son autodestruction et c’est vraiment dommage.

SOURCE: Joël ETTIEN

Publicités

191 réflexions sur “Le PDCI RDA se serait-il mis la corde au cou ?La mort en douceur du PDCI RDA avec trop de calculs personnels et des règlements en interne contre ses propres militants, alors que le combat était ailleurs

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.