Législatives 2021: L’opposition Ivoirienne avance-t-elle désespérée ?

Indignés, confondus, révoltés…difficile de décrire le ressentiment qui anime certains partisans de l’opposition. À l’annonce de la participation du FPI-pro Gbagbo et de certains de ses alliés aux législatives, le 23 Décembre dernier, nombreux parmi les partisans de l’opposition se sont retrouvés comme face à un mur de trahison.

Après avoir répondu à l’appel à la mobilisation de leurs leaders, depuis le début du mouvement de contestation contre le 3ème mandat en Août dernier, beaucoup s’expliquent difficilement la volonté des partis d’opposition d’aller à ces élections législatives, malgré la persistance des blocages à l’origine du boycott de la présidentielle. Le chef de l’état sortant, Alassane Ouattara a effectivement rempilé pour un 3ème mandat, la Commission Électorale Indépendante (CEI), conserve son ossature et il reste encore des centaines de détenus politiques et militaires dans les prisons. Ceci, sans omettre le sort des exilés politiques.

Malgré les lentes avancées sur ces différentes questions dans le dialogue politique récemment ouvert, l’opposition dans sa majorité, décide de s’inscrire dans le jeu électoral. Un choix qui passe encore mal dans les esprits de plusieurs, pour qui, une participation de l’opposition à ces législatives, équivaudrait à une reconnaissance tacite du pouvoir d’Alassane Ouattara.

Les carottes semblent pourtant cuites à ce niveau, puisque les états-majors des partis politiques, s’organisent déjà en ce sens. De plus, le traumatisme des municipales de 2018, reste encore vivace dans les esprits.

L’opposition s’est-t-elle finalement résignée à une participation au jeu électoral, rien que pour exister ? C’est le sentiment qui se dessine deux mois après la présidentielle du 31 Octobre.

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.