Publicité
Annonces
Publicité
ActualitéPolitique

Message à la Nation du Président Ouattara : enfin la libération des prisonniers militaires ?

Publicités

Le Président de la République de Côte d’Ivoire, Alassane Ouattara s’adressera ce vendredi 31 décembre 2021 à la Nation ivoirienne.

Publicités

Au cours de cette adresse plusieurs sujets seront naturellement abordés par le Chef de l’État Ivoirien. Probablement le plus attendu sera celui de la libération des prisonniers politiques, civils et surtout militaires issus de la crise post-électorale de 2010-2011. Toute l’opposition est unanime sur un fait : la libération des ces personnalités permettra de franchir un pas de géant vers une réconciliation “vraie”. Car, il faut le dire haut et fort, les Ivoiriens ont soif de réconciliation.

Dogbo Blé

Consacrer quelques lignes à la détention politique en Côte d’Ivoire, c’est aborder un domaine spécifique de l’histoire de la justice pénale ivoirienne qui ne se laisse pas facilement appréhender entre droit commun et droit politique. Pourtant le droit positif requiert que, qualifier de «politique» une infraction, un prisonnier, un régime d’incarcération, induit une attention aux mobiles qui ont déterminé une transgression de la loi. Inutile donc de recourir à de nombreux définisseurs pour indiquer que les prisonniers, de quelque fonction qu’ils occupent, issus de la crise post-électorale sont des «prisonniers politiques».

LIRE AUSSI: Mali: prolongation de la durée de la transition de 6 mois à 5 ans

Publicité

Abéhi Jean Noël

Publicité

Vu sous cet angle, les arrestations et les détentions du Général Dogbo Blé, du Contre-amiral Vagba Faussignaux, du Colonel Seka Seka et des autres militaires (officiers, sous-officiers, soldats de rang) sont des faits politiques. On ne peut s’en cacher. Ils procèdent de l’accusation générale selon laquelle le Président Laurent Gbagbo se serait appuyé sur un cercle fermé de militaires pour mettre à exécution un plan commun visant à conserver le pouvoir par tous les moyens. Ces militaires qui ont défendu la République au nom de la légalité républicaine ont été jugés et condamnés en mode interne, selon ce délit.

Annonce

Séka Séka

Le procès intenté contre le président Laurent Gbagbo s’est soldé par l’acquittement définitif de celui-ci. La logique impose donc que tous ceux qui ont défendu la République, en son nom en tant que président de la République, par les armes ou par la parole, soient eux aussi élargis. Depuis son retour en juin 2021, l’ancien président ivoirien ne fait que plaider pour leur libération. Laurent Gbagbo déclare à qui veut l’entendre ne pas comprendre que des militaires qui sont poursuivis pour avoir exécuté l’ordre d’une autorité civile soient encore détenus alors que celui qui est supposé avoir donné les ordres est acquitté. Aussi, il ne faut pas perdre de vue la reprise du dialogue politique le jeudi 16 décembre dernier. Procéder à la libération de ces prisonniers politiques serait un signe fort du président Ouattara en faveur de la réconciliation même s’il faut souligner que des actions ont déjà été menées.

LIRE AUSSI: Titrologie 31 décembre 2021 : revue de la presse ivoirienne : «le dialogue politique encore menacé»

Vagba Faussignaux

Ce message du président Alassane Ouattara apparaît inéluctablement comme une lueur d’espoir pour les prisonniers politiques, militaires et ne sait-on jamais pour le retour des exilés dont le ministre Charles Blé Goudé. Les Ivoiriens resteront donc attentifs !

Publicités
Publicités
Publicité
Annonce

N'Gloa Kwame

Je suis rédacteur, passionné de lecture et de découverte. Retrouvez mes articles sur IVOIRE TV5.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
error: Content is protected !!