Mort du frère de Serge Aurier : le meurtrier révèle aux enquêteurs ce qu’il s’est passé

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail

Au lendemain du meurtre de Christopher Aurier, décédé le 13 juillet au petit matin, un homme s’est présenté au commissariat de la Toulouse. Il a reconnu être l’auteur des faits et a révélé les raisons de son geste.

Le mois de juillet a été marqué par les tragédies. Alors que le casting de Gleepleure la disparition de Naya Rivera et que la famille Presley tente de se remettre du suicide de Benjamin Keough, le footballeur Serge Aurier, lui aussi, est en deuil.

 Ce lundi 13 juillet, son frère Christopher a été retrouvé mort à l’âge de 26 ans. Il est décédé au petit matin, après qu’une fusillade a éclaté à la sortie d’une boîte de nuit en périphérie de Toulouse. Selon les informations du Parisien, il a été touché par balle à l’abdomen puis transporté en urgence au CHU de Toulouse, mais n’a pas survécu à ses blessures. Un affaire dramatique, qui vient de connaître un nouveau rebondissement. Comme le révèle le journal l’Equipe, un homme s’est présenté au commissariat de la Ville Rose ce mardi 14 juillet aux alentours de 18 heures. Placé en garde à vue, il a reconnu avoir commis “un homicide volontaire” à l’encontre du défunt. La raison ? Il n’aurait pas supporté de le voir discuter avec sa petite-amie…

Un motif amoureux au coeur du meurtre

Selon les informations de nos confrères, la jeune femme aurait, un temps, eu une relation avec la victime. La nuit du meurtre, tous deux auraient échangé quelques mots en boîte de nuit avant d’être interrompus par le nouveau compagnon de l’intéressée. Fou de rage, ce dernier serait sorti de l’établissement pour récupérer une arme de poing qui se trouvait dans sa voiture, comme le confie une source policière à l’Equipe.

Plusieurs témoins affirment alors avoir entendu trois détonations, dont deux auraient touché mortellement le petit frère de Serge Aurier, lui-même footballeur. Un coup de massue pour ses proches, qui estiment qu’il est “mort pour rien.” “Il a fait quelques bêtises (il a été condamné pour avoir agressé une prostitué en 2017, ndlr), comme beaucoup, mais franchement, c’était un mec bien, un type très respectueux des anciens. Je n’ai jamais vu un mec aussi respectueux”, confie Jocelyn Momasso Momasso, président du club Le choc du dimanche. Une âme de plus partie trop tôt pour des futilités…

Lextérieur

Facebook 0 Twitter 0 Google+ 0 Linkedin 0 Mail
Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.