Niamey réagit à l’arrestation des agents de WAPCO- Niger au Bénin | IVOIRE TV5
Publicité
Annonces
Publicité
ActualitéPolitique

Niamey réagit à l’arrestation des agents de WAPCO- Niger au Bénin

Publicités

Ce jeudi, Niamey a réagi vigoureusement à l’arrestation de ses inspecteurs envoyés sur la plateforme de Sèmè. Selon le ministre nigérien du pétrole, Mahaman Moustapha Barke, le général Tchiani a donné des instructions fermes pour la fermeture de la station initiale du projet Pipeline, si le Bénin ne libère pas avant 17 heures (jeudi 06 juin 2024), les Nigériens arrêtés.

Publicités

Si on s’en tient aux déclarations du ministre nigérien du pétrole, le projet Pipeline va connaître un coup d’arrêt. Selon ses dires, des dispositions ont été prises pour fermer la station initiale de Koulele. C’est la réponse de Niamey face à l’arrestation de la Directrice générale adjointe de WAPCO, Moumouni Ibra Hadiza et de quatre autres employés nigériens.

A l’heure où je vous parle, ils n’ont pas été libérés. Face à cela, le chef de l’Etat, nous a donné des instructions fermes. Si jusqu’à 17 heures aujourd’hui (6 juin 2024), nos équipes ne sont pas libres de leur mouvement, s’ils ne sont pas remis dans leurs fonctions d’inspecteurs de cette cargaison, nous allons arrêter la station initiale de Koulele. J’ai répercuté ses instructions au directeur des hydrocarbures qui a pris toutes les dispositions pour que cela soit effectif.

Mahaman Moustapha Barke

Au moment où il faisait cette déclaration, le ministre lui-même a rappelé qu’il était 16h 58. Pour empêcher la suspension, la libération de intéressés devrait donc se faire dans les deux minutes qui ont suivi les propos. Ce qui n’a évidemment pas été le cas.

Publicité

Cette décision de la partie nigérienne a pour but d’exiger la libération des siens. Mais au-delà, l’objectif est d’obliger le Bénin à respecter les engagements vis-à-vis des accords signés dans le cadre du projet Pipeline. « Le bateau ne pourra plus charger. Nous n’allons plus envoyer le pétrole dans le Pipeline jusqu’à ce que les Béninois respectent leurs engagements et jusqu’à ce que le partenaire chinois les amène à respecter leurs engagements », a déclaré le ministre nigérien du pétrole.

Publicité

De son côté, le ministre nigérien de la justice a indiqué que le Niger est prêt à saisir les juridictions régionales pour statuer sur ce bras de fer qui oppose Cotonou et Niamey.

Annonce

Dans une déclaration de presse ce jeudi, le Procureur spécial de la CRIET a donné les raisons qui ont motivé l’interpellation de la Directrice générale adjointe de Wapco, Moumouni Ibra Hadiza et des quatre autres employés nigériens. Selon Mario Metonou, il est reproché aux intéressés d’avoir fait une intrusion frauduleuse sur la plateforme de chargement du pétrole brut. Ils se seraient soustraits à la procédure d’identification mise en place à l’entrée officielle de la plateforme.

En face, la partie nigérienne explique que les inspecteurs nigériens dont la présence pose problème ont été déployés pour aider la société Wapco dans le chargement. Le ministre Mahaman Moustapha Barke a reconnu que les autorités béninoises ont donné leur accord pour le deuxième chargement à condition que les opérations soient menées uniquement par les Chinois, « pas de Nigériens ».

Publicités
Publicités
Publicité
Annonce

Jean Camille H.

Je suis rédacteur, passionné de lecture et de découverte. Retrouvez mes articles sur IVOIRE TV5.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
error: Content is protected !!