Nouveau Parti: Gbagbo Laurent Catégorique: ” Celui qui ne veut plus, il s’en va”

De retour en Cote D’ivoire depuis plus de 10 ans d’absence, l’ex-président ivoirien, Laurent Gbagbo, a pris les choses en main pour la création d’un nouveau parti politique. Pour le bon déroulement de ce nous parti annoncé par Gbagbo, Le président Laurent Gbagbo avait rendez-vous ce samedi avec ses lieutenants du comité d’organisation du futur parti qu’il entend bâtir.
Le Qg a fait le plein lors de cet appel des troupes. Simone Gbagbo qui cristallise ces jours-ci les regards attentionnés des observateurs de la scène politique n’est pas venue. Elle a brillé par son absence comme elle l’a fait lors de la première réunion du groupe de réflexion élargi auquel elle appartient.
Laurent Gbagbo n’en est pas perturbé comme le rapporte certains participants à cette réunion. Il considère d’ailleurs, comme bien des membres du comité, que la rupture est consommée.
Laurent Gbagbo, rapportent nos sources, a profité de cette tribune pour faire un éclairage qui a valeur de recadrage en même temps.
Il a a affirmé avec force que c’est un nouvel instrument politique dénué de tout complexe et de toute intrigue qu’il veut bâtir. Il a demandé que ceux qui sont d’accord avec lui, viennent et que ceux qui veulent rester dans leurs partis y restent. Il ne veut forcer personne. Surtout, il ne veut pas construire son parti sur le modèle du Rhdp où il était stipulé que chaque parti garde son autonomie au sein du grand groupe.
Gbagbo souhaite clairement que ces partis qui veulent l’accompagner soient entièrement dissous avant leur entrée dans le nouveau parti. Il ne veut pas de chantages et autres vents contraires, source de désordre, dans sa nouvelle formation. C’est un parti de clarification qu’il entend mettre sur les fonts baptismaux. Ou bien tu es avec nous ou bien tu n’es pas avec nous. C’est ce message qu’il a lancé.
C’est justement la raison pour laquelle, les chefs des partis encore constitués ne figurent pas dans le comité mis en place. Ce sont David Mebra du R2p, Stéphane Kipré de l’Ung qui attendent un congrès avant de se prononcer, de Danielle Boni Claverie qui a clairement fait entendre que Gbagbo n’est pas son référent politique.
C’est également le cas de Kahé Eric de l’Aird. Tous seront sans doute intégré dans les instances du futur parti quand ils auront rempli cette condition sine qua none sur laquelle Gbagbo ne veut point transiger : la dissolution absorption.
Pour le moment les travaux de préparation du congrès se poursuivent. Les différentes commissions tiennent leurs réunions tous les deux jours et cette semaine, elles atteindront la vitesse de croisière.
SOURCE : Sylvain Guédé De bailly
Publicités