«Ouattara est-il le problème de la Côte d’Ivoire ?

«Ouattara est-il le problème de la Côte d’Ivoire ?

J’entends dire aujourd’hui par de nombreux ivoiriens, y compris par ceux qui juraient hier sur tous les dieux qu’il était la solution, que le problème de la Côte d’Ivoire, c’est OUATTARA. Hier de 2000 à 2010 j’ai aussi entendu dire que le problème du pays, c’était Gbagbo.Avant lui, De 1993 à 1999, j’ai entendu dire que le problème c’était Bédié.De 1960 à 1993, j’ai également entendu dire que le problème de la Côte d’Ivoire c’est Houphouet.

Et si finalement le problème c’était le système ?Et si les Houphouet, Bédié, Gbagbo et Ouattara étaient, comme nous, victimes de notre système de gouvernement ? Non ! Ouattara n’est pas le problème de la Côte d’Ivoire. Les autres non plus. Le vrai problème de la Côte d’Ivoire et des pays africains, c’est le système qui nous gouverne.

Enlevez Bya, Ouattara ou n’importe quel despote sur le continent et remplacez-le dans le même système par n’importe lequel des leaders adulés de l’opposition, il deviendra au bout de quelques temps, le problème, car pire que son « diable » de prédécesseur.Non ! le problème, ce n’est pas les hommes mais plutôt le système de gouvernement qui est en fait de nature à générer des tyrans, des despotes et des dictateurs.Après 60 ans de pratique, le moment est venu d’y mettre fin par un système véritablement démocratique et conforme à nos valeurs et cultures.

La Côte d’Ivoire en donnera le ton avec la TRANSITION qui s’ouvre dès la fin du mandat du Président sortant. Car telle est, en réalité, la vocation que Dieu assigne à la TRANSITION à laquelle j’appelle depuis des années (et non juste pour quelques arrangements entre partis politiques pour aller à des élections), TRANSITION CATHARTIQUE dont je suis dépositaire de la recette et de la feuille de route.

Par la présente, j’invite toute ivoirienne et tout ivoirien de tout bord qui souscrit à cette vision de rupture d’avec le système actuel et de l’avènement d’un nouveau système démocratique pour une nouvelle Côte d’Ivoire, à nous rejoindre pour y travailler.Bien-sûr, je m’adresse ici aux ivoiriens qui croient avoir la responsabilité citoyenne de contribuer au devenir de leur pays et au mieux-être de leurs compatriotes.

kks

Publicités

JN