POLITIQUE/ RAPPORTS TENDUS AVEC LA COMMUNAUTÉ INTERNATIONALE : CE QUE RISQUE LE RÉGIME OUATTARA

La Côte d’Ivoire est à un tournant décisif de sa vie. A quelques jours seulement de la présidentielle d’octobre, les notes sont discordantes entre le pouvoir RHDP présidé par Alassane Ouattara , les partis politiques ivoiriens et la communauté internationale.Selon des observateurs avertis, les signaux sont en orange.

Et tous les ingrédients sont réunis pour passer au rouge. L’escalade verbale, les menaces des tenants du pouvoir ont pris place là où le dialogue était prévu. Suspicions et psychose gagnent du terrain. Toute cette atmosphère tendue rien qu’ à cause des positions campées des différents acteurs politiques ivoiriens qui sont attachés à leurs intérêts.

Personne ne veut procéder à toute compromission. En effet, le président Ouattara dont la candidature est le point d’achoppement entre l’opposition et le régime en place, ne veut plus rien comprendre de tous les reproches à lui faits par l’opposition, la communauté internationale telles, l’ONU, la France, les USA, la CEDEAO, l’UA, Cour Africaine de Justice, etc..Il se dit prêt à aller au bout de son ambition. L’opposition quant à elle se dit également prête à barrer la route à toute forfaiture.

Face a la situation, la communauté internationale, dans son ensemble, propose au président Ouattara trois choses à savoir: mettre fin à son projet de 3e mandat après les deux mandats passés à la tête de la Côte d’Ivoire, autoriser une élection présidentielle inclusive avec une participation de tous les candidats et reporter l’élection afin de régler certains problèmes afférents au scrutin.Dans l’un ou dans l’autre, le Président ne veut rien de tout cela. Sa posture est aujourd’hui comme celle d’une personnalité politique qui s’est apprêtée à toute éventualité.

Une telle posture devant la communauté internationale frise une défiance faite à elle. Tout naturellement, cela entraînera à coup sûr, un alourdissement des relations entre les différentes parties en présence, à savoir le régime en place et cette communauté internationale. Le régime RHDP court donc tout droit à un refroidissement de ses relations avec le monde extérieur. Il risque même une suspension des aides faites à la CI si le pouvoir actuel force les choses.

Conscient de ce qu’aucun État ne peut fonctionner seul dans sa bulle, le pouvoir devra donc réviser sa position actuelle face à cette communauté qui n’a cessé d’alerter la Côte d’Ivoire sur le danger qui guette le pays si le président reste sur sa position actuelle.

Pour de nombreux analystes politiques, Ouattara a encore deux bonnes semaines devant lui pour créer la bonne surprise aux Ivoiriens en s’abstenant carrément de la course. Mais là le bât blesse, le RHDP dit ne plus avoir d’autres cadres candidats compétents pour cette course, seul Dramane Ouattara est présidentiable.

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.