Que devient Pulchérie Gbalet, N’dri Narcisse et les autres?

Que deviens Pulchérie Gbalet, N’dri Narcisse et les autres?

Depuis la période électorale de 2020, la Cote d’ivoire a connu  des arrestations des opposants politiques, et l’emprisonnement pour certains d’entre eux. Depuis quelques jours, les prisonniers liés à l’actualité politique récente comme ancienne sortent à compte-gouttes de la Maison d’arrêt et de correction d’Abidjan c’est a dire la (Maca). Un vent de libération souffle donc sur la “maison” sise à Yopougon après la zone industrielle. L’une des dernières en date est celle de la libération des quatre femmes pro-Soro, cette semaine même. Pour être plus précis, le mercredi 27 janvier 2021.

Nous notons: Anne-Marie Bonifon, Namizata Koné dite Amy Diaga, Kouigninon Irène Pan épouse Todé et Henriette Sonnebo Guéï ont été arrêtées le 13 août 2020 dans la commune de Cocody, lors d’une manifestation contre le troisième ou la candidature du chef de l’Etat sortant, Alassane Ouattara.

A présent, Qu’en est-il pour les autres dont on attend toujours la libération ? Selon des indiscrétions, les jeunes manifestants arrêtés lors de l’opération “désobéissance civile” sont en train d’être libérés. Selon une source, une trentaine serait déjà sortie de la Maca.

Pour le moment, aucun chiffre n’est encore avancé par le 8ème ou le 9 ème cabinet de l’instruction qui serait en charge du dossier.

Tout comme sur d’autres dossiers très suivis, concernant la libération des désormais célèbres prisonniers que sont, nous citons: N’dri Pierre Narcisse, directeur de cabinet du président Henri Konan Bédié, arrêté le 3 novembre 2020. Et Pulchérie Gbalet, présidente de “Alternative citoyenne ivoirienne (ACI)”, une organisation de la société civile, proche de l’opposition. C’était dans la nuit du samedi 15 au dimanche 16 août 2020.

Nous pensons qu’avec le mouvement de libération en cours en ce moment, il reste à espérer que petit à petit, tous les pensionnaires de la Maca impliqués dans les crises politiques recouvreront la liberté. Conformément aux résolutions du dialogue politique qui a eu lieu entre le Gouvernement et l’opposition du 21 au 29 décembre 2020. Tout ce que veulent les ivoiriens pour la Cote d’ivoire, c’est la paix oui rien que la paix pour notre pays. Et la commence là où il y’a la liberté! Libérer les prisonniers politiques, c’est favoriser la paix en Cote d’ivoire.

Publicités