Retour de Gabgbo: Des agents de sécurité de la CPI à Abidjan aux côtés du président Laurent Gbagbo

Retour de Gabgbo: Des agents de sécurité de la CPI à Abidjan aux côtés du président Laurent Gbagbo
Pour le retour de l’ex-président Laurent Gbagbo demain 17 juin, nous apprenons de plusieurs sources que Laurent Gbagbo ne sera pas seul pour le retour au pays. En effet, selon ces sources, Laurent Gbagbo sera accompagner des agents de sécurité de la CPI pour son retour en Cote D’ivoire.
Le président Laurent Gbagbo ne sera seul sur le vol Brussel Airlines qui le transportera en Côte d’Ivoire le 17 juin prochain. Hormis les quelques membres de sa famille biologique qui seront à bord de l’avion, l’ancien chef de l’État ivoirien sera aussi accompagné par des agents de sécurité de la Cour pénale internationale.
Désignés par le Greffe de la CPI, ces agents de sécurité accompagneront en toute discrétion, l’ancien pensionnaire de la prison de La Haye dans son pays, ou à tout le moins, jusqu’à son domicile, conformément au Statut de Rome avant donc de regagner les Pays-Bas les jours suivants.
Apparemment la coordination administrative entre les autorités ivoiriennes et celles du Greffe de la CPI se passe bien en attendant le retour effectif de Laurent Gbagbo prévu le 17 juin prochain en Côte d’Ivoire. Rappelons que conformément à son statut d’ancien président de la République, Laurent Gbagbo sera accueilli au Pavillon d’honneur de l’aéroport international Félix Houphouët Boigny d’Abidjan.
Le président Aimé Henri Konan Bédié a confirmé sa présence à l’accueil de son allié politique. Des sources non confirmées annoncent également la présence du chef de l’État, Alassane Ouattara.
Une chose est certaine : c’est que le président Laurent Gbagbo foulera le sol ivoirien le 17 juin prochain à 15 h 45.
Le ministre Assoa Adou, Secrétaire général du Front populaire ivoirien qui était en conférence de presse hier lundi au quartier général du parti fondé par Laurent Gbagbo a confirmé cette date en dépit de la déclaration du porte-parole du gouvernement ivoirien qui estimait que  » la date du 17 juin n’est pas consensuelle « .
Publicités

JN