Révélations au Qatar : des travailleurs payés 16 dollars pour construire des stades meurent dans la chaleur

Révélations au Qatar : des travailleurs payés 16 dollars pour construire des stades meurent dans la chaleur

La Coupe au Qatar 2022 continue de susciter une controverse de masse à la suite d’informations selon lesquelles les travailleurs sont morts. 

Les travailleurs immigrés au Qatar travaillant à la construction de stades à temps pour la Coupe du monde 2022 risqueraient la mort tout en étant payés 16 USD par jour.

Chaque jour, avant l’aube, des travailleurs originaires d’Inde, du Bangladesh, du Népal, des Philippines et du Kenya sont emmenés en bus depuis leur logement désigné pour travailler sur des stades colossaux. Le voyage peut prendre des heures et les températures atteignent régulièrement 102 degrés Fahrenheit.

Un rapport de Reality Check publié par Amnesty International révèle que les travailleurs couraient un « risque énorme » en raison du « stress thermique » qui a causé un nombre non quantifiable de décès.

Parmi les tragédies détaillées dans le rapport figurent six migrants relativement jeunes dont la mort reste inexpliquée.

Le tuyauteur Sujan Miah est un autre qui a perdu la vie en raison des conditions climatiques catastrophiques, le jeune homme de 32 ans ayant été retrouvé mort au lit après avoir travaillé à des températures dépassant les 40 °C.

Pourtant, la cause des décès reste vague dans les certificats en raison de descriptions telles que « arrêt cardiaque », ce qui rend difficile leur lien avec les conditions de travail, au grand dam des familles du défunt.

Le Dr David Bailey, éminent pathologiste et membre de l’Organisation mondiale de la santé, l’a expliqué en disant: « Essentiellement, tout le monde finit par mourir d’une insuffisance respiratoire ou cardiaque et les phrases n’ont aucun sens sans explication pourquoi. »

Un rapport publié vendredi par l’Organisation internationale du travail, une agence des Nations Unies qui a un bureau dans la capitale du pays, Doha, a déclaré que 50 travailleurs migrants de tous les secteurs sont morts dans des accidents du travail l’année dernière, la plupart d’entre eux dans des chutes ou des accidents de la route, Il n’a pas fourni de données pour les autres années. En outre, il y a eu 38 000 accidents du travail l’année dernière, dont 500 classés comme graves. Le rapport n’a pas précisé combien étaient liés à la Coupe du monde.

 

Publicités

Romuald Kwame