Crise au Niger : La CEDEAO avoue son impuissance | IVOIRE TV5
Publicité
Annonces
Publicité
ActualitéNews

Crise au Niger : La CEDEAO avoue son impuissance

Publicités

Trois mois après le coup d’Etat au Niger, l’impuissance de la CEDEAO face aux putschistes au pouvoir est patente. Dans un entretien à Jeune Afrique, son commissaire aux Affaires politiques, Abdel-Fatau Musah, reconnaît que l’option militaire brandie en août dernier a été « suspendue » jusqu’à nouvel ordre.

Publicités

Malgré des sanctions lourdes pour la population, l’organisation ouest-africaine piétine et peine à restaurer l’ordre constitutionnel à Niamey.

Ses médiations se heurtent au refus de dialogue de la junte dirigée par le colonel Diori Hamani. Et la menace d’une intervention armée paraît définitivement enterrée après avoir suscité la controverse.

« L’opinion nous était défavorable, on nous accusait de vouloir déclencher une guerre contre le Niger », explique M. Musah pour justifier ce rétropédalage.

Désormais sans levier crédible de pression sur le régime militaire au Niger, la CEDEAO en est réduite à attendre hypothétiques effets de ses sanctions économiques.

Publicité

LIRE AUSSI : Nouveau danger pour la France ? Le gouvernement de transition au Mali se muscle par cette décision

Publicité

Tout en dénonçant ces putschistes « aventuristes », l’organisation ouest-africaine semble contrainte de composer avec eux dans la durée au Niger, comme au Mali ou au Burkina.

Annonce

Incapable de leur imposer un calendrier de transition raccourci qui avait été âprement négocié. La realité politique l’emporte sur les principes au grand dam d’une CEDEAO impuissante.

Publicités
Publicités
Publicité
Annonce

Jean Camille H.

Je suis rédacteur, passionné de lecture et de découverte. Retrouvez mes articles sur IVOIRE TV5.

Articles similaires

Bouton retour en haut de la page
error: Content is protected !!