LE SYNDICAT DU MINISTÈRE DE L’INTÉRIEUR DÉÇU DU RÉGIME OUATTARA :

LE SYNDICAT DU MINISTÈRE DE L’INTÉRIEUR DÉÇU DU RÉGIME OUATTARA :

Yves Désiré Sert SG du ( SYNAMICI ) s’exprime, explique et espère .

Nous les agents du ministère de l’intérieur depuis toujours on nous meprise, nous travaillons avec les prefets et sous prefets qui non seulement nous maltraitent mais l’état de cote d’ivoire nous néglige et ne nous considère pas .

Le SG n’est pas content du Président Alassane Ouattara. Il le lui a fait savoir dans une vidéo ce lundi 27 avril 2020. Selon Yves Désiré Séry, les agents dudit ministère ont trois mois d’arriérés de salaire.

L’ accession au pouvoir d’Alassane Ouattara a suscité beaucoup d’espoir dans nos rang. « Nous avons pensé que pour une fois au moins, nous, agents du ministère de l’Administration du territoire et de la décentralisation, nos problèmes allaient être réglés. Jusqu’aujourd’hui, il n’en est rien. Même un seul point de nos revendications n’a trouvé de solution. Nous sommes désespérés », dit-il.

« Nous avons été roulés dans la farine avec notre hiérarchie. Nous avons eu un séminaire qui a donné huit résolutions. Ces résolutions sont restées dans les tiroirs du ministre de l’Administration du territoire ».

De fait, le Chef de l’Etat a rencontré le corps préfectoral à Yamoussoukro en 2018. Au sortir de la rencontre ceux-ci nous ont déclaré que nos revendications avaient été prises en compte avec celui du corps préfectoral.

L’etat donne tout au corps prefectoral et rien aux agents. lorsque nous revendiquons, on nous met en prison ,on nous suspend les salaires non reverser jusqu’aujourd’hui .Nous avons trois mois de salaire qui restent encore impayés.

Nous revendiquons :

1/ une indemnité d’astreinte que les prefets ont déjà, mais nous non, alors qu’on est astrein à rester avec eux au service

2/la tarification des actes produits par tous les services du ministère de l’intérieur mais rien, alors que les sous prefets prennent de l’argent illicitement dans les extraits et personne ne parle alors que cet argent pouvait aller dans la caisse de l’etat et on pouvait nous donner des ristournes comme prime d’incitation

3/le personnel des residences des prefets et sous prefets travaillent toute leur vie quand ils vont à la retraite ils n’ont pas de pension de retraite et c’est la faute à l’etat de cote d’ivoire..

En plus de tous les cas cités plus haut, le sous prefet de yocoboué a torturé son serveur du nom de sandouidi salif , si la population ne s’etait pas soulévée il serait toujours à son poste le sous prefet tortureur . il n’est plus à son poste mais il continue de percevoir son salaire. La victime a porté plainte mais mais ça n’a pas abouti.

Dans la maladie à corona virus ( covid-19 ) l’etat donne des moyens financiers et matériels de lutte au corps prefectoral et les agents n’ont même pas cache nez . C’est un acte de mepris. Pendant ce temps la sous prefète centrale de man est venue de france avec le covid-19 et est allée travailler sans être confinée à l’injs et apres avoir travailler avec ses collaborateurs, elle est revenue dire sur rti qu’elle est guerie du covid-19.

Voila en queque sorte le problème des agents du ministère de l’intérieur qui n’a que trop duré .
Ces agents en appel encore une fois au Président Ouattara de se pencher sérieusement sur leur cas en cette année électorale .

Publicités