Affi N’guessan déçu du nouveau gouvernement

Quelques jours après la formation du nouveau gouvernement, Pascal Affi N’guessan sort de son silence et fait des révélations sur le nouveau gouvernement et explique ce qui c’est réellement passé lors du boycotte des élections de 2020 à Abidjan.

A ne pas manquer: Nouveau gouvernement : « Ce sera un gouvernement de mission et de combat »

Parmi les 37 personnalités nommées au gouvernement le Mardi 06 Avril, ne figure aucun nom d’un cadre du Front Populaire Ivoirien (FPI), tendance Affi N’Guessan, ou d’un autre parti d’opposition, comme le laissaient entrevoir les supputations de ces derniers jours.

Contre toute attente, Alassane Ouattara a préféré ignorer les appels du pied envoyés par le président de la branche légale du FPI depuis quelques temps, faisant ainsi le choix de la continuité avec des cadres de son parti, le RHDP unifié, malgré le contexte de décrispation politique d’après les législatives du 06 Mars, qui avait donné lieu aux spéculations les plus folles autour de la probable entrée d’opposants au sein de cette équipe gouvernementale.

Face à cette absence remarquée du camp Affi dans le premier gouvernement de l’ère Achi, Diabaté Beh, vice-président de l’ex parti au pouvoir, que nous avons joint dans la soirée du Mardi 06 Avril, n’y est pas allé du dos de la cuillère pour dire sa part de vérité sur l’exclusion de l’opposition en général, et de son parti en particulier. ”Moi, je pense que les Ivoiriens ont un problème”, a-t-il martelé d’entrée de jeu, avant de poursuivre: ”Quelqu’un qui a gagné une élection.

Voir aussi: Retour de Gbagbo: les mises en garde de l’avocat de l’Etat ivoirien

On n’était pas en alliance avec lui. Il peut décider de faire un gouvernement d’ouverture ou non. Depuis que Ouattara est venu au pouvoir, il gouverne avec ceux avec qui il a souffert”. Selon lui, ”Ouattara copie sur les Occidentaux. Il a une équipe”, a par ailleurs indiqué ce proche de Pascal Affi N’guessan, qui assume: ”Nous, on a boycotté les élections. On a dit qu’on ne veut pas du 3ème mandat”.

Cependant, rappelle Diabaté Beh, ”le souci des Ivoiriens, c’est la cohésion sociale. Dans l’opinion, tout le monde s’attendait à un gouvernement d’ouverture”.

Publicités

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.